Portrait



Gabrielle Thierry se consacre à la peinture depuis 15 ans. Son travail s'est rapidement orienté sur la recherche et la représentation des rythmes du paysage (série des Rythmes). La question de la musicalité des paysages et de sa traduction picturale s'est progressivement imposée.
Gabrielle Thierry fait évoluer ses recherches en tentant d'appréhender et de traduire les interactions entres couleurs/formes et notes/composition musicale. Elle décide de peindre directement en immersion dans la musique pour produire la série des Phrases Musicales. Ce travail de recomposition ou interprétation picturale de la composition musicale est à la fois spontané et lié à des mécanismes cognitifs, à une logique intuitive. Depuis, avec ce nouveau langage, Gabrielle Thierry tente la recomposition du paysage avec sa musique dans sa série des Variations.
Une sélection des oeuvres Rythmes, Phrases Musicales, et Variations, etc. est visible sur son site (www.gabriellethierry.com.
Le choix de la musique et de la correspondance avec le paysage, ou encore la traduction picturale - synesthésie - de la musique emprunte notamment aux oeuvres de F. Schubert, J.-S. Bach, A. Bruckner ou G. Gershwin. L'artiste souhaite proposer au public de découvrir l'interprétation picturale de la musique. Ces expositions sont le plus souvent associées à des concerts (Les 100 ans des Pianos Hanlet, Printemps de l'Orgue à Paris).

A partir de son travail, proposant une expérience esthétique unique dans la convergence et la correspondance des arts, Gabrielle Thierry renoue avec les visions initiales de l'abstraction et la synesthésie théorisée notamment par W.Kandinsky dans le cadre du Blaue Reiter.

Elle est l'invitée de colloques et de rencontres autour du thème de la convergence des arts (Université Paris Sorbonne, Centre de la Musique Romantique Française à Venise - Italie, Université Paul Verlaine à Metz). En 2014, elle participe au colloque international "La Fusion des sens - La Synesthésie dans le Texte et l'Image" à l'Université de Bourgogne à Dijon, co-organisées avec le Collège de Holy Cross (Worcester - Mass., US). Elle présente "La valse" de Maurice Ravel comme expérience synesthésique, objet d'une publication dans Interfaces - 2015.

L'artiste crée en 2017, avec la pianiste et architecte Sonia Ocello Monvoisin, l'association Espace- Son-Couleur. Cette nouvelle association a pour objet d'approcher la musique à d'autres formes d'art liées à l'espace et au temps. La musique comme pensée abstraite se manifeste ici dans l'architecture et la peinture. L'association se veut être un lieu de partage des perceptions et expertises des interactions architecture- musique et peinture et de participation à la réalisation de projets architecturaux et/ou culturels.

L'oeuvre particulière, "La Musicalité des Nymphéas", est le fruit d'un travail de près de deux années réalisé devant les panneaux originaux de Claude Monet exposés au Musée de l'Orangerie à Paris. L'autorisation exceptionnelle accordée par le musée lui a permis de travailler "sur le motif", devant les Nymphéas (2010- 2012). La série "Musicalité des Nymphéas" est proposée pour interprétation à des musiciens et pour un cycle d'expositions et de manifestations avec concerts en France et à l'étranger. L'exposition de la Cantor Art Gallery de Worcester, est la première qui expose exclusivement et dans sa totalité les partitions colorées des Nymphéas du Musée de l'Orangerie.

Gabrielle Thierry a une formation d'ingénieur spécialisée en sciences cognitives. Après une longue expérience professionnelle dans le domaine de la modelisation des connaissances, notamment dans le domaine de la santé, elle décide de se consacrer exclusivement à la peinture en 2002. Elle est par ailleurs l'auteur d'une étude sur la modélisation de l'expertise de tableaux réalisée dans le cadre d'une formation Christie's Education (2003).

Gabrielle Thierry est également Présidente de l'Association Renefer qui fait redécouvrir l'œuvre de Raymond Renefer (1879-1957) et auteur du catalogue raisonné (en cours).
Renefer a peint et illustré la vie des parisiens au début des années 1900 et de nombreuses oeuvres représentent les paysages d'Ile-de-France. Mobilisé en 1914, Renefer a été l'un des plus grands artistes de la Grande Guerre. Au front, il a dessiné et gravé à l'eau-forte des paysages de guerre et de la vie des soldats (il illustre la première édidion du « Feu » d'Henri Barbusse en 1918).
L'association Renefer organise des expositions et collabore à des éditions d'art mettant en valeur l'importante oeuvre de Renefer :
info + : www.renefer.org

Gabrielle Thierry est partenaire fondateur du Concours National "Les Petits Artistes de la Mémoire, la Grande Guerre vue pas les enfants" à la suite de l'édition en fac-similé du carnet que Renefer écrit a sa fille "Belle Petite Monde" qu'elle a découvert et fait publier (Carnet de Poilu – Ed. Albin Michel). Ce concours est devenu le concours de l'Education Nationale pour le Centenaire de la Grande Guerre en France.
Gabrielle Thierry a contribué à créer le projet pédagogique "Renefer/Butler, deux artistes dans la Grande Guerre " initié à Chicago pour le Centenaire aux Etats-Unis. Elle est la commissaire de l'exposition Renefer au National WW1 Museum de Kansas city en 2014-15. Dans le cadre de ses activités pour la mémoire de la Grande Guerre, elle réalise en 2009 un tableau d'une vision contemporaine du paysage de Verdun inspirée d'une musique de Lucien Durosoir, suite à la commande du Conseil Général de la Meuse (Collection Publique).
Quand une artiste rend hommage á un artiste (article 2015)


© G.Thierry
Affiliation à la Maison des Artistes n°V223306 - SIRET 484 139 738 00013